L’an dernier c’était le choc. Tout le monde se souvient de ce qu’il faisait ce soir-là. Pour ma part j’ai appris la nouvelle alors que j’avais fini de jouer la dernière représentation de notre pièce Puzzle avec mes copains de la troupe Epithé’âtre. Nous nous étions allés au bout de notre représentation, contrairement à ce concert qui avait été suspendu par les balles, contrairement à ces gens qui n’avaient pas pu terminer leur repas ou boisson tranquillement dans l’un des restaurants et cafés touchés par la barbarie. Nous avons cru à une blague quand ceux qui avaient vu l’information sur leur portable nous ont tenus au courant. Mais ça n’en était pas une.

Aujourd’hui j’ai encore eu les larmes aux yeux en regardant les informations, en voyant les images du concert de Sting au Bataclan rouvert. Tout ça est tellement cruel, injuste, inqualifiable finalement…Ce soir j’ai allumé une bougie pour ne pas oublier tous ces gens partis pour rien et trop tôt. Et j’essaie de positiver pour montrer à ces barbares qu’ils n’ont pas gagné et ne gagneront jamais.