L’appellation est née dans la littérature fictive des années 40, bien que la notion d’automate était déjà bien ancrée dans l’imaginaire de l’homme. La créature artificielle qui se meut toute seule n’est pas une nouvelle conception du siècle passé. En effet, quelques mythologies très anciennes y font allusion à des êtres autonomes voués à la servitude de leur créateur. On a voulu inventer des portes qui se ferment d’elles-mêmes. Les premières conceptions étaient pour étonner le public ou l’amuser. Ce n’est que dans le milieu du XXe siècle que le robot est devenu un utilitaire dans la force de production.

L’ancêtre du robot moderne

Dans la mythologie

Le dieu du feu et de la forge dans la mythologie grecque avait, semble-t-il, un serviteur. Héphaïstos, la divinité en question, avait créé ce subalterne pour l’assister dans différentes tâches qui auraient brulé sur place un homme normal. Une allusion évidente à la faiblesse humaine dans certaines tâches qui nécessitent des aptitudes physiques extrêmes, comme la force ou la résistance à la chaleur intense. Le robot mythologique était donc une alternative à la vulnérabilité de notre espèce.

Anciennes techniques

Depuis la nuit des temps, toutes les civilisations ont conçu des systèmes automatisés, se déclenchant sous certaines conditions sans l’intervention humaine. Pour se nourrir ou se protéger, on a tendu des pièges, construit des moulins. Puis on a érigé des horloges gigantesques. Des génies plus curieux comme Léonard de Vinci ont imaginé des machines plus complexes. Il n’y avait encore aucun robot, mais la notion d’automatisme commençait à pointer le nez.

L’automatisation hydraulique

Au XVIIIe naissent les premiers automates qui sont plus un amusement qu’une utilité pour la société. Mais cela permet tout de même l’éclosion des systèmes hydrauliques qui bénéficient grandement à la fabrication du tissu. Les automates s’inscrivent dans cette notion de tâches prédéfinies que le concepteur assigne à sa création. Mais à cette époque, les grandes machines industrielles s’avéraient plus utiles économiquement, par rapport à un robot à but purement ludique.

Les évolutions du siècle dernier

Une évolution plus accélérée est survenue il y a un peu plus de cent ans. Dès le début du siècle dernier, on a commencé à copier les déplacements de divers animaux avec des machines autonomes. Mais l’aspect économique prend toujours le dessus, même si l’armée et l’aéronautique commencent aussi à s’intéresser de près à cette possibilité pour l’exploration et la défense. Ceci fait que le robot est introduit en masse dans l’industrie de l’automobile par les géants du secteur, en commençant par ceux qui sont aux States.

Les nouvelles applications de la robotique

La robotique est maintenant présente dans une multitude de domaines. L’intelligence artificielle ayant intégré les systèmes automatisés, les performances se sont rudement améliorées. Les puissants processeurs peuvent calculer des trajectoires optimales, ce qui est très utile dans l’exploration ou la précision. Les capteurs divers permettent une analyse environnementale qui dépasse l’entendement humain. Le robot a enfin la possibilité de se vanter d’avoir des aptitudes supérieures à l’homme dans certains domaines. Avec des caméras multiples, il peut voir dans toutes les directions, avec l’infrarouge il détecte une présence dans le noir, le guidage laser lui permet une précision infaillible, avec des bras hydrauliques il supporte des charges plus lourdes. De nos jours, le robot a prouvé son efficacité dans plusieurs disciplines.

L’aéronautique et l’exploration

La Nasa est parmi les entités qui utilisent des technologies avancées en ce qui concerne la robotique. L’exploration spatiale et le recueil d’information nécessitent l’utilisation de véhicules autonomes qui réagissent intelligemment en fonction des situations environnementales. Les contrées stellaires dangereuses pour l’homme deviennent accessibles grâce aux robots.

L’assistance du personnel médical

La détection des signes vitaux et la surveillance des malades sont déjà des tâches que l’on peut confier à des machines. Depuis plusieurs années déjà, certaines incisions chirurgicales complexes sont effectuées par des bistouris guidés au laser, afin de laisser le praticien se concentrer sur le but de l’opération.

L’éducation et l’accueil

Les robots humanoïdes sont revenus sur le devant de la scène depuis le début de ce siècle. Ils accueillent des visiteurs dans les lieux privés ou publics, font la conversation et amusent les enfants. Ils peuvent être à la fois éducatifs et ludiques, réagissant aux émotions et ayant des facultés d’apprentissage.

La notion collaborative

L’automatisation de l’industrie a également évolué avec un robot d’un nouveau genre. Léger et endurant, il travaille plus vite que l’homme. Il ne prend pas de pause, tout en étant capable de basculer d’une tâche à une autre par une simple programmation et le remplacement d’une partie de son équipement.

Published by Jolie Lamarre